Close

AKOUMIAN EVARISTE

(IVOIRIEN)

AKOUMIAN Evariste 35 ans, vient d’inventer le Solarpak, un cartable doté d’un panneau solaire et d’une lampe.

Le manque d’électricité dans les zones rurales de Côte d’Ivoire rend parfois difficile l’éducation des enfants lorsque le soleil est couché, faute de lumière.

À cette équation, notre Observateur en Côte d’Ivoire a trouvé une réponse : il crée des sac à dos munis de panneaux solaires, qui permettront d’alimenter une lampe pour continuer d’étudier une fois la nuit tombée.

L’électrification de l’Afrique est un thème qui mobilise de nombreux acteurs, de la Fondation Énergie lancée par Jean-Louis Borloo en passant par le projet "Énergie pour l’Afrique" présidé par le chef d’État guinéen Alpha Condé.

Les rapports de l’ONU estiment que 700 millions d’Africains n’ont toujours pas accès de manière régulière à l’électricité, la plupart du temps, dans des zones reculées. Parmi les proposition évoquées, l’équipement en lampe solaire des populations rurales est une solution avancée notamment dans les rapports de la Cédéao (la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest).

Notre Observateur, Evariste Akoumian, a créé un cartable composé d’un petit panneau solaire relié à une lampe. En portant son cartable sur le dos sur le chemin de l’école, l’enfant permet à la batterie de se recharger. Il dispose ainsi d’une lampe branchée par un port USB sur la source d’énergie et peut donc étudier, si nécessaire, après le coucher du soleil.

"En zone rurale, lorsqu’un enfant rentre de l’école, il n’a plus qu’une heure pour étudier à la lumière du jour"

Je travaille dans une société de livraison de matériel informatique. Au cours de mes déplacements, j’ai remarqué que la plupart des ménages dans les zones rurales ivoiriennes ne disposent souvent que d’une lampe-tempête [une lampe à pétrole] pour une famille pouvant aller de cinq à dix personnes. Et évidemment, ce sont les parents qui monopolisent cette source de lumière à la nuit tombée.

Un enfant finit l’école à 16h30. En septembre, pour la rentrée des classes, le soleil se couche aux alentours de 18 h. Le temps de rentrer chez lui, il reste au mieux à l’enfant une heure pour étudier à la lumière du soleil.

Ce ne sont pas des conditions optimales pour progresser. Je trouvais ça injuste que ces enfants n’aient pas les mêmes chances que ceux qui étudient dans les grandes villes.

 

SON INVENTION :

 


Source : www.observers.france24.com

© Copyright 2008 - www.loidici.com - Tous droits réservés.