BIENVENUE SUR LE PREMIER SITE JURIDIQUE DE CÔTE D'IVOIRE : www.loidici.com

LA PROTECTION DES DONNEES
A CARACTERE PERSONNEL

(LOI N°2013-450 DU 19 JUIN 2013 RELATIVE
A LA PROTECTION DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL)

CHAPITRE IV :

PRINCIPES-DIRECTEUR DU TRAITEMENT
DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL

 

 

 

 

ARTICLE 14

Le traitement des données à caractère personnel est considéré comme légitime si la personne concernée donne expressément son consentement préalable.

Toutefois, il peut être dérogé à  cette exigence  du consentement préalable lorsque le responsable  du traitement  est dûment autorisé et que le traitement  est nécessaire   ;

  • soit au respect  d'une  obligation   légale  à laquelle  le responsable du traitement  est soumis ;
  • soit à l'exécution  d'une  mission  d'intérêt  public  ou relevant de l'exercice de l'autorité publique, dont est investi  le responsable du traitement  ou le tiers auquel  les données  sont communiquées;
  • soit à l'exécution  d'un contrat  auquel  la personne  concernée est partie  ou à l'exécution   de mesures  précontractuelles    prises  à sa demande ;
  • soit  à   la   sauvegarde     de    l'intérêt   ou    des    droits    et libertés fondamentaux   de la personne   concernée   ;

 

 

 

 

 

ARTICLE 15

La collecte, l'enregistrement,   le  traitement,    le stockage,   la  transmission    et  l'interconnexion  de  fichiers   des données  à caractère  personnel   doivent  se faire de manière  licite et loyale.

 

 

 

 

 

ARTICLE 16

Les  données   doivent    être  collectées    pour   des finalités  déterminées,  explicites   et légitimes   et ne peuvent   pas être traitées  ultérieurement    de  manière   incompatible    avec  ces finalités.

Elles doivent  être adéquates,   pertinentes   et non  excessives  au regard des finalités pour  lesquelles  elles sont collectées  et traitées ultérieurement.

Elles doivent  être conservées   pendant   une durée  qui n'excède pas la période  nécessaire   aux  finalités  pour  lesquelles   elles  ont été collectées  ou traitées.

Au-delà de cette période  requise,  les données  ne peuvent  faire l'objet d'une conservation   qu'en  vue de répondre   spécifiquement à  un   traitement    à des   fins   historiques,     statistiques     ou   de recherches  en vertu des dispositions   légales.

 

 

 

 

 

 

ARTICLE 17

Les données  collectées   doivent  être  exactes  et, si nécessaire,  mises  à jour.

Toute mesure  raisonnable   doit  être prise pour  que les données inexactes  ou incomplètes,   au regard  des finalités  pour  lesquelles elles sont collectées  et traitées  ultérieurement,   soient effacées  ou rectifiées.

 

 

 

 

 

 

ARTICLE 18

Le principe  de transparence   implique  une information  obligatoire  et claire  de la part  du responsable   du traitement portant  sur les données  à caractère  personnel.

 

 

 

 

 

 

ARTICLE 19

Les  données   à caractère   personnel   doivent   être traitées  de manière   confidentielle   et être protégées,   notamment lorsque le traitement  de ces données  comporte  des transmissions de données  dans un réseau.

 

 

 

 

 

 

ARTICLE 20

Lorsque   le  traitement    des  données   à  caractère personnel   est mis  en œuvre  pour  le compte   du  responsable   du traitement,  celui-ci  doit  choisir  un  sous-traitant   qui apporte  des garanties suffisantes  pour la protection  et la confidentialité   de ces données.

Il incombe  au responsable   du traitement  ainsi  qu'au  sous-traitant de veiller  au respect  des dispositions   de la présente  loi.

 

 

 

 

 

 

ARTICLE 21

Est interdit  et puni  d'une  peine  d'emprisonnement de dix à vingt  ans et d'une  amende  de 20.000.000   à 40.000.000 de francs CFA, le fait de procéder  à la collecte  et à tout traitement de données  qui révèlent  l'origine  raciale,  ethnique  ou régionale, la filiation,  les opinions  politiques,   les convictions   religieuses  ou philosophiques,   l'appartenance    syndicale,  la vie sexuelle,  les données  génétiques   ou plus  généralement   celles  relatives  à l'état de santé  de la personne   concernée.

Cette  interdiction   ne s'applique   pas :

  • lorsque   le  traitement    des données   à caractère   personnel porte  sur des  données   manifestement     rendues   publiques   par  la personne  concernée   ;
  • lorsque  le traitement   des données  génétiques   ou relatives  à l'état  de santé  est nécessaire   à la sauvegarde   des intérêts  vitaux de la personne  concernée   ou d'une  autre personne   dans le cas où la personne  concernée  se trouve  dans  l'incapacité  physique  ou juridique  de donner  son consentement ;
  • lorsque  le traitement,   notamment   des  données  génétiques, est nécessaire   à la constatation,   à l'exercice   ou à la défense  d'un droit en justice  de [a personne   concernée ;
  • lorsqu'une   procédure   judiciaire    ou une  enquête  pénale  est ouverte.  Dans  ce cas,  le traitement   des données  à caractère  personnel  n'est poursuivi   que pour  la constatation   des faits  ou pour la manifestation   de la vérité;
  • lorsque  le traitement   est effectué  dans le cadre  des activités légitimes   d'une  fondation,   d'une  association   ou de tout  autre  organisme  à but non  lucratif  et finalité   politique,   philosophique, religieuse,   mutualiste   ou  syndicale.   Toutefois,   le traitement   doit se rapporter   aux  seuls  membres   de  cet  organisme   ou  aux personnes  entretenant   avec  celui-ci  des  contacts  réguliers   liés à sa finalité et que les données  ne soient pas communiquées   à des tiers sans  le consentement    des personnes   concernées.

Tous  ces  cas  de traitement   de données   à caractère  personnel sont  autorisés   et contrôlés   dans  leur  conception   et leur  mise  en œuvre  par l'Autorité  de protection.

 

 

 

 

 

 

ARTICLE 22

Est interdite  et punie  d'une peine  d'emprisonnement de  un à cinq  ans et d'une  amende  de  1.000.000  à 10.000.000  de francs  CFA,  la prospection    directe   à l'aide  de tout  moyen   de communication     utilisant,   sous  quelque   forme  que ce soit,  les données   à caractère    personnel    d'une   personne    physique   qui n'a pas exprimé  son consentement    préalable   à recevoir  de telles prospections.

 

 

 

 

 

 

ARTICLE 23

Le     traitement    des  données   à caractère   personnel réalisé   aux   fins   de  journalisme,      de  recherche,    d'expression artistique   ou  littéraire   est  admis  lorsqu'il   est mis  en œuvre  aux seules fins d'expression   littéraire  et artistique  ou d'exercice,  à titre professionnel,    de l'activité   de journaliste    ou  de chercheur,  dans le respect  des règles  déontologiques    de ces professions.

 

 

 

 

 

 

ARTICLE 24

Les  dispositions    de  la présente   loi  ne  font  pas obstacle   à l'application    des  dispositions    des  lois  relatives   à la presse  écrite  ou au secteur  de l'audiovisuel   et du code  pénal  qui prévoient   les  conditions    d'exercice    du  droit  de réponse   et qui préviennent,    limitent,   réparent   et, le cas  échéant   répriment   les atteintes  à la vie privée  et à la réputation  des personnes  physiques.

 

 

 

 

 

ARTICLE 25

Aucune   décision   de justice   impliquant   une appréciation   sur  le comportement     d'une  personne   physique   ne peut avoir  pour  fondement    un  traitement   automatisé   des  données  A caractère  personnel   destiné  à évaluer  certains  aspects  de sa personnalité.

Aucune   décision   administrative     ou  privée   impliquant    une appréciation  sur un comportement   humain ne peut avoir pour  seul fondement   un traitement   automatisé    des  données   à caractère personnel  donnant  une définition   du profil  ou de la personnalité de l'intéressé.

 

 

 

 

 

 

ARTICLE 26

Le responsable  d'un traitement   ne peut être autorisé à transférer  des données  à caractère   personnel   vers un pays  tiers que  si  cet  Etat  assure   un  niveau   de  protection    supérieur    ou équivalent  de la vie privée,  des  libertés  et droits  fondamentaux des personnes   à l'égard  du traitement   dont  ces  données   font  ou peuvent  faire l'objet.

Avant tout transfert  effectif  des données  à caractère  personnel vers ce pays tiers, le responsable  du traitement  doit préalablement obtenir  l'autorisation   de l'Autorité  de protection.

Le transfert de données  à caractère  personnel  vers les pays tiers fait l'objet  d'un  contrôle  régulier   de l'Autorité   de protection   au regard  de leur finalité.

 

 

 

 

 

 

 

ARTICLE 27

L'interconnexion   des fichiers  n'est  autorisée  que si elle permet  d'atteindre  des objectifs  légaux  ou statutaires  présentant un intérêt  légitime  pour  les responsables    des traitements.

Elle  ne peut  pas  entraîner   de discrimination    ou de  réduction des droits,  libertés  et garanties  pour  les personnes   concernées   ni être  assortie  de mesures   de sécurité   inappropriées    et doit  tenir compte  du principe  de pertinence   des  données  faisant  l'objet  de l'interconnexion.

 

RETOUR

©Copyright 2008 www.loidici.com - Tous droits réservés