LE DEVELOPPEMENT DE LA COREE DU SUD

La Corée du sud est un pays situé à l'est de l'Asie, limitée au Nord par la Corée du nord, à l’Ouest par la mer jaune et à l’Est par la mer du Japon.

La superficie de la Corée du sud est de 99.480 Km² pour 48.842.808 habitants et sa capitale est Séoul.

En 1905, le Japon exerce son protectorat sur la Corée mais les troupes coréennes communistes de Kim II Sung résistent contre le nouvel occupant.

Pour aider la Corée, les Etats-Unis d’Amérique et l’URSS décident de faire la guerre au Japon. La stratégie d’attaque est définie  pendant la Conférence de Yalta du 4 février 1945 où Staline le dirigeant de l’URSS informe Roosevelt des Etats-Unis d’Amérique qu’ils feraient la guerre au Japon après la capitulation de l’Allemagne et pénétreraient en Corée par le sud et le nord.

En août 1945, l’URSS fait effectivement son entrée en Corée par la partie Nord et en septembre de la même année, les Etats-Unis d’Amérique pénètrent par le côté Sud.

De ce fait, la Corée se trouve divisée en deux (2), le Sud occupé par les américains et le Nord occupé par les russes, avec une frontière terrestre marquée par le 38ème parallèle.

En 1946, les japonais quittent définitivement la Corée mais la partition de la Corée déclarée provisoire ne disparaît pas.

Les américains et les soviétiques essayent en vain de l’unifier et,  en 1947, les deux parties soumettent le problème à l’ONU. Soupçonnant l’ONU d’être proche des américains, les soviétiques s’opposent à la réalisation de l’opération de la réunification de la Corée par cette organisation.

La partition consommée, les Etats-Unis d’Amérique organisent les élections en Corée du sud en 1948 et Synghman Rhee devient Président à la suite d’une assemblée constitutionnelle mais quatre (4) mois après ces élections, une guérilla naît dans le but de combattre le régime du Président Synghman Rhee.  Les américains interviennent et massacrent les opposants en tuant plus du quart de la population Sud-coréenne.

Côté Corée du nord, une assemblée populaire suprême proclame, clandestinement sur le territoire de la Corée du sud, la République de la Corée du nord.

Ainsi  les deux (2) Corées voient le jour, l’une au Sud et l’autre au Nord.

En 1950, invoquant une attaque de la Corée du sud qui aurait franchi le 38ème  parallèle, le dirigeant communiste Nord-coréen, Kim II Sung prévient son voisin de représailles.

Bien qu’étant un allié de la Corée du nord, les soviétiques marquent leur désapprobation et le font savoir aux dirigeants de la Corée du nord. Ignorant l’interpellation des russes, le 25 juin 1950, les troupes de la Corée du nord franchissent le 38ème parallèle et attaquent la Corée du sud.

La guerre dure trois (3) ans et fait près de 2 millions de morts mais l’armistice signé le 27 juillet 1953 met fin à la guerre.

La zig-zaguante ligne qui représente la ligne de front finale devient une Zone Démilitarisée (DMZ) et aujourd’hui encore, la frontière de facto entre le Nord et le Sud.

En Corée du sud, les élites politiques posent des actes de corruption critiqués par la population et sachant que les membres de son propre parti politique étaient susceptibles de ne pas lui accorder leurs voix à l’assemblée, en 1952, le Président Synghman Rhee réforme la Constitution pour être élu au suffrage universel direct.

En décembre 1953, les deux (2) Corées signent à Séoul, un Pacte de réconciliation, de non agression et de coopération.

En 1960, pour se faire réélire une fois encore, le Président manipule les élections mais cette fois-ci, les étudiants soutenus par leurs professeurs se soulèvent et le Président Syngman Rhee démissionne le 26 avril 1960.

Syngman Rhee  se réfugie à Hawaï, aux Etats-Unis d’Amérique.

Un régime parlementaire est mis en place et Yun Po-Sun est élu Président en août 1960.

La mésentente entre le Président Yun Po-Sun et son Premier ministre Chang Myon favorise la prise du pouvoir par les militaires le 16 mai 1961.

Le Général Park Chung Hee prend le pouvoir  mais gouverne par décret jusqu’en 1963.

Le 5 octobre 1963, des élections sont organisées et le Général Park Chung Hee, l’ex-Président Yun Po-Sun, Oh Jae-yeong, Pyon Yong-tae et Chang I-sok se présentent à cette élection.

Le Général Park Chung Hee remporte l’élection de justesse devant Yun Po-Sun avec 4.702 voix contre 4.546 voix et instaure la loi martiale, confine tous les pouvoirs entre les mains des militaires mais entreprend des réformes économiques qui entament la modernisation de la Corée du sud.

En 1970, le Président Park Chung Hee distribue du ciment et des engrais aux villageois pour qu’ils transforment leur environnement. A la suite du travail des villageois, l’agriculture et l’élevage se développent. Ils aménagent également les sources d’eau et les routes et font reculer la pauvreté considérablement.

Le Président Park Chung Hee utilise une grande partie du budget de l’Etat pour répondre aux dépenses d’éducation et de formation de sa population.

L’école étant obligatoire et gratuite de six (6) à quatorze (14) ans, le taux des personnes instruites en Corée du sud  à cette époque s’élevait à 99%.

De plus, l’Etat Sud-coréen prend en charge plus de 3.000 jeunes Sud-coréens en assurant leur voyage pour les Etats-Unis d’Amérique afin que ceux-ci apprennent la technologie et l’électronique pour devenir des « Médiateurs de transferts de technologies » par le procédé de joint-venture. Par se système, la technologie apprise dans les pays développés à l’économie de marché a été transférée sous forme simplifiée aux pays en voie de développement.

Ainsi, les jeunes Sud-coréens sont parvenus à construire des édifices architecturaux tels l’aéroport international d’Incheon de Séoul qui constitue une attraction pour les touristes et le pont suspendu de Gwangan qui mesure 900 mètres.

Il a été institué en Corée du sud, l’esprit du travail qui oblige les Sud-coréens à accepter n’importe quel travail ;

A cet effet, un  slogan est connu et  circule dans ce pays, c’est celui des « 3 D work » ou « Dirty, Difficult and Dangerous Work » ou «Travail Sale, Difficile et Dangereux.»

Le Président Park Chung Hee rétablit les relations avec l’ancien occupant du territoire Sud coréen, le Japon. Ce choix stratégique à conduit les japonais à investir en Corée du sud, facilitant ainsi l’industrialisation de ce pays et avec l’assouplissement des réglementations nationales, les Sud-coréens se mettent à fabriquer des appareils considérés aujourd’hui comme de grandes marques, « LG Electronics », « Daewoo », « Hyundai » et « Samsung ». Ces appareils fabriqués en grande quantité à des coûts réduits a fait de la Corée du sud, un Etat exportateur de téléviseurs.

Vers la fin de l’année 1979, Kim Chaekyu, Directeur des services secrets Sud-coréen assassine le Général Park Chung Hee et le Premier ministre Choi Kyu-Ha devient Président de la Corée du sud et tente de démocratiser le pays.

Le Président Choi Kyu-Ha libère l’opposant historique Sud-coréen Kim Dae Jung.

En 1980, au cours d’une insurrection de protestation contre l’extension de la loi martiale, les hommes du Général Chun Doo-Kwan massacrent 300 personnes dans la ville de Kwandju mais l’enquête menée officieusement auprès de la population dénombre plus de 2.000 morts.

Un autre coup d’état intervenu quelques mois plus tard entraîne le renversement du Président Choi Kyu-Ha et son remplaçant, le Général Chun Doo-Kwan instaure un régime dictatorial.

Les actes de corruption et le viol des Droits de l’homme sont dénoncés par la population. 

En 1987, des étudiants manifestent, provoque la tenue d’élection présidentielle au suffrage universel direct et Roh Tae-Woo, militaire de formation est élu Président de la Corée du sud.

Le nouveau Président libéralise le secteur économique et demande la délocalisation des entreprises Sud-coréennes pour éviter que celles-ci tombent en faillite si les demandes extérieures venaient à diminuer ou cesser. Pour atteindre son objectif, il augmente les salaires des ouvriers de 20 % par an de 1988 à 1990 et de 15 % de 1991 à 1995.

Les loyers et les biens immobiliers connaissent également une hausse.

Avec le coût élevé des salaires des ouvriers et la hausse des prix des loyers, les entreprises basées en Corée du sud s’installent dans les pays qui offrent un coût de production faible.

La délocalisation va s’avérer bénéfique puisque les entreprises Sud-coréennes basées hors de la Corée du sud ont pu acquérir des participations dans des entreprises américaines.

Par la méthode de délocalisation et en en côtoyant des pays développés, la Corée du sud  est parvenue à combler son retard en matière de technologie.

Enfin, les entreprises Sud-coréennes délocalisées ont pu contourner les quotas d’importation imposés par les pays d’accueil aux entreprises basées hors de leurs territoires.

En décembre 1992, Kim Young-Sam est élu Président de la Corée du sud.

Kim Young-Sam continue le travail de ces prédécesseurs et renforce la lutte contre la corruption, instaure l’esprit de compétitivité, fait la promotion de la concurrence pour parfaire la qualité des produits Sud-coréens et en assouplissant les règlementations nationales, le stock des investissements directs étrangers triple de 1994 à 1998. 

La concurrence instaurée  relève la croissance économique de la Corée du sud étant donné que les entreprises nationales ont été obligées d’augmenter leur performance et leur esprit d’innovation.

Le Président Kim Young-Sam rétablit les relations diplomatiques avec la Chine et à partir de 1993, la Chine est devenue la principale destination des produits Sud-coréens.

Le nouveau Président pour rendre justice à la population, condamne par de lourdes peines de prison, les anciens Présidents Chun Doo-Kwan et Roh Tae-Woo pour leurs rôles dans le massacre de Kwandju.

En 1996, rentré dans le cercle fermé des pays développés, la Corée du sud est admise à l’Organisation de Coopération et de Développement Economique (OCDE) mais, après la crise asiatique de 1997, le taux de croissance de la Corée du sud est passé de + 5 % à - 6% et le pays a été contraint de solliciter l'aide du Fonds monétaire international (FMI).

L’emprunt contracté par les dirigeants de la Corée du sud est désapprouvée par la population Sud-coréenne qui la considère comme une humiliation et, pour laver cet affront, les Sud-coréens se remettent plus durement  travail.

Deux (2) ans avant la date fixée par le FMI  pour rembourser le prêt, la Corée du Sud achève le remboursement de sa dette en remettant, le 23 août 2002 au FMI, un chèque de 110 millions de Dollars ou 57 milliards 402 millions 761 mille 934 Francs CFA.

Classée parmi les pays les plus pauvres du monde en 1950, la Corée du sud affiche une croissance comprise entre 4 et 6% et est classée au rang de 13ème  économie mondiale.

RETOUR

©Copyright 2008 www.loidici.com - Tous droits réservés