LA PESTE

La peste est une zoonose ou maladie transmise par les animaux et reste la maladie qui a provoqué le plus de morts dans le monde à son apparition au Moyen âge.

L’agent responsable de la peste est un bacille minuscule d’un à trois (3) microns de long, résistant et non mobile qui porte le nom de « Pasteurella pestis », « bacille de Yersin » ou « Yerssana pestis ».

Le bacille a été découvert par Alexandre Yersin en 1894.

A la suite d’une épidémie de la peste en Chine, Alexandre Yersin se rend à Hong-Kong avec très peu de moyens et découvre le bacille en trois (3) semaines.

La peste a été à la base de trois (3) pandémies dont la première s’est répandue dans le bassin méditerranéen de l’an 541 à l’an 767. 

La deuxième pandémie survenue vers les bords de la mer noire a envahi l’Europe vers la moitié du XIV siècle suivie de la troisième pandémie qui s’est répandue vers la Chine pour se propager dans le reste du monde.

En 1947, des marins génois qui reviennent de Crimée, au Sud de l’Ukraine après avoir combattu les Tartares, un peuple Turc de l’Europe orientale, portent sur eux des germes de la peste sans le savoir.

Ces germes infectent la Constantinople appelée aujourd’hui Istanbul, une ville de la Turquie. 

Un bateau en provenance de la Syrie, le « Grand Saint-Antoine » dirigé par le capitaine Jean-Baptiste Chataud accoste à Marseille le 25 mai 1720.

Ce bateau transporte des étoffes précieuses et les responsables, bien qu’ayant eu vent de la présence de la maladie à bord du bateau, mettent les malades en quarantaine et les placent en cachette dans un dispensaire marseillais sans informer les autorités compétentes.

Les marchandises sont déchargées du bateau et la maladie se propage rapidement et fait plus de 45.000 morts à Marseille.

La peste atteint le reste de la France, l’Espagne, le sud de l'Angleterre, l’Italie et les Balkans.

Elle  fait, en moins de cinq (5) ans, plus de 25 millions de morts en Europe, le tiers de la population européenne.

La mort en cascade des bras valides, raréfie la main d’œuvre dans les champs, chez les exploitants des grands domaines et chez les entrepreneurs de la production artisanale.

Dans une Europe qui connait déjà la guerre et la faim, les salaires des ouvriers augmentent et l’inflation  grimpe exagérément.

Pire, les enfants emportés par la maladie mettent la démographie des années à venir en danger. L’Europe se trouve désorganisée.

Croyant être confronté à la malédiction des juifs qui auraient empoisonné les puits par vengeance, les accusés subissent la furie des peuples français, suisse et allemands.

Les juifs qui ont survécu sont chassés.

Or, le bacille de Yersin est transmis aux hommes par les rats et les rongeurs sauvages. L’environnement de ces rats constitue le réservoir naturel de la maladie.

En effet, lorsque les rats appelés « Rattus Rattus » transmettent le bacille aux puces baptisés « puces aux rats » et que ces derniers piquent les hommes, ils transmettent la peste à l’homme.

Le sujet contaminé a le syndrome grippal et après une période d’incubation allant de trois (3) à sept (7) jours, la fièvre apparait brutalement.

Le malade a des frissons, des douleurs partout dans son corps, des céphalées, une faiblesse totale, des nausées suivies de vomissements et peut être atteint de l’une des formes de la peste, la peste bubonique, la peste septicémique et la peste pulmonaire.

La  forme la plus répandue est la peste bubonique qui apparaît après piqûre d’une puce infectée par la maladie. La piqûre de la bête entraîne la contamination  de l’homme par les bacilles à partir du ganglion le plus proche et par l’intermédiaire du système lymphatique.

Les bacilles se multiplient, provoquent une inflammation et le ganglion qui se tuméfie  devient douloureux. On parle alors de « bubon ». A un stade avancé, le bubon suppure par une plaie ouverte.

La peste septicémique résulte de piqûres de puces infectées ou d’un contact direct avec une peau lésée par des matières infectieuses et se propage dans le sang du sujet malade.

Quant à la peste pulmonaire, elle est rare et est la forme la plus dangereuse car elle est causée par l’inhalation d’un aérosol de gouttelettes infectieuses. La peste pulmonaire se transmet très rapidement d’une personne à l’autre.

Cette forme survient après propagation secondaire de la forme bubonique en phase avancée.

La peste est une maladie endémique qui a disparu en Europe mais est toujours présente en Amérique, sur le continent asiatique et en Afrique, particulièrement dans les hauts plateaux du centre de l’île de Madagascar, la Mozambique, la Tanzanie et de la RDC.

En 2009, treize (13) cas de peste ont été décelés en Lybie.

Il est recommandé aux personnes qui se trouvent dans les zones endémiques de se protéger contre les piqûres de puces et éviter tout contact avec les tissus infectieux des sujets atteints de la forme pulmonaire.

Puisqu’il n’existe toujours pas de vaccin, le traitement jugé efficace est l’antibiothérapie et les soins symptomatiques.

Le seul vaccin qui existe est utilisé pour protéger une catégorie de personnes qui se trouvent être très exposée comme le personnel qui travaillent dans les zones endémiques avec des animaux.

RETOUR

©Copyright 2008 www.loidici.com - Tous droits réservés